AUX COULEURS DE
L'ARC-EN-CIEL
Du 7 au 17 Mars 2019
Misa (Maria Isabel Alves)
Peintures et dessins

Misa (Maria Isabel Alves) est née en 1962 à Praia sur l’île de Santiago, aux îles du Cap-Vert. C’est lors d’une visite dans le petit village de montagne de Porto Madeira, où elle s’est rendue encore petite fille qu’elle dit avoir ressenti ses premiers moments d’inspirations, notamment alimentés par les histoires de sa grand-mère Nha Lili. Elle rejoint la Suisse à l’âge de 11 ans et demi et y restera pendant 11 autres années avant de retourner en Côte d’Ivoire avec sa famille. C’est là, à Abidjan, qu’elle intégrera l’école des Beaux-Arts. Après un deuxième passage de neuf ans en Suisse, elle revient au Cap-Vert en 1996 pour réaliser son grand rêve.


Elle dédie sa vie à la valorisation du patrimoine de son pays en réhabilitant deux villages uniques au monde et en revalorisant des communautés rurales, pour préserver les savoirs ancestraux et les traditions orales de l'acculturation et du délitage par le temps. Elle étudie les fonctions sociales et spirituelles de ces savoirs pour susciter une cohésion, un désir de transmission et d’interaction.


De part ses projets de développement, Misa s’inscrit dans ce nouveau courant communautaire de l’art contemporain où la représentation matérielle ne constitue pas une fin en soi mais où l’accent est porté au processus de création collectif et participatif. Cet art social prend une valeur avérée dans un militantisme pour la reconnaissance des cultures et du patrimoine cosmique.


« Je suis née au Cap Vert, pays où tous les interdits ont trouvé leur voie vers la liberté à travers le métissage. La tristesse des départs et la joie des retrouvailles s’y mélangent dans une mélancolie poétique… Être, fier, de ce qui était et de qui est maintenant. Ne pas être ce que l’autre veut que je sois. Il faut se défaire des cicatrices du passé, des fantasmes du futurs pour être ici et maintenant. Accepter et accueillir l’inconnu dans la curiosité de l’exil pour créer aujourd’hui. C’est à l’âge de 11 ans que j’ai immigré en Suisse pour aller rencontrer ma mère. Je n’oublierai jamais l’accueil qui m’y a été réservé : « Ici en Suisse, tout ce qui n’est pas interdit est obligatoire ».  Depuis ce jour, j’ai su que je deviendrai universaliste. La société nous inhibe par des peurs: celle de l’autre, de l’inconnu... La pensée et les croyances créent aussi des carcans dont il faut se sortir pour libérer l’être caché et masqué qui vit dans les méandres de ces meurtrissures qui se fissurent trop tôt. Le temps qui nous est imparti est trop court pour être réduit à la matérialité. Seuls la terre et le cœur peuvent nous ramener à nous et nous faire dévier d’une course sans fin. »

Pour en savoir plus sur les villages créatifs du Cap-Vert et le Sixième Continent, cliquez ici !

Article "Le Soleil" : "Misa, un rêve créatif universel"

  • Facebook - @LomanArt
  • Instagram - @LomanArt
  • Twitter - @LomanArt
  • Trip Advisor - @LomanArt

@2017 by Mélodie Petit | Loman Art